Yellow Bridge Consulting

18
Sep

0

Eloge de l’Exillance

Frédéric Vandewalle, dans son livre « Exillance, le cocktail gagnant », pose bien plus que des mots sur les dérives de la société actuelle et les réponses que l’on peut y apporter. Ce qu’il pose, ce sont ses valeurs, ses convictions, son âme, son essence. Il s’intéresse particulièrement au domaine du management d’entreprise, mais les solutions qu’il prône sont applicables à tous les domaines de la vie, absolument tous.

Alors, ces valeurs, quelles sont elles ? Exigence et Bienveillance, tout simplement.

Le livre démarre avec un chapitre de retour aux sources, qui nous fait entrer dans le monde de l’auteur, ses expériences, son évolution. Toutes ces étapes qui l’ont amené à être ce qu’il est aujourd’hui, qui lui ont permis de développer ses convictions si fortement.

Livre Exillance le cocktail gagnant

Puis on entre dans le vif du sujet : l’exigence. Gros morceau. « Derrière le terme exigence, il y a des notions d’utilité, de nécessité. (…) Le fait qu’il y ait une nécessité la rend, par voie de conséquence, indispensable ». La définition posée, il décrit comment l’exigence est employée dans la société actuelle, que ce soit dans les entreprises, dans le monde sportif, dans la vie politique ou même dans notre quotidien. Il nous démontre pourquoi l’exigence est nécessaire quand on est parent, quand on est professeur, quand on est manager : « c’est inciter à l’effort et à la progression. »

Les situations sont parlantes pour chacun d’entre nous et illustrent parfaitement comment un excès ou un manque d’exigence peuvent amener au blocage, nous mettre dans une impasse. Aussi bien vis-à-vis de nous même que des autres. Ces deux cas de figure – l’excès ou le manque – sont dommageables et entraînent indéniablement des conséquences négatives. Evidemment, l’exigence est double, c’est ce qu’on appelle l’exemplarité. Comment puis-je être crédible, autrement ?
« Etre exigeant renforce l’estime de soi parce que l’on sait au fond de nous que l’on a agi comme nous devions le faire. Le fait d’avoir été courageux, affirmé, d’avoir su nous mettre dans l’effort renforce notre confiance en nous, ce qui ne serait pas le cas si l’on avait laissé faire les choses sans agir ».

Puis vient le tour de la bienveillance. L’origine de ce mot, c’est de vouloir le bien de l’autre. Même démarche, nous découvrons au cours de la lecture ce qui se cache réellement derrière ce terme qui est bien souvent usurpé. Etre bienveillant, ce n’est pas être gentil, ce n’est pas être « un bisounours » ! C’est être, tout simplement « un homme ou une femme qui est à même de ne pas avoir d’a priori négatif sur ce que fait, dit ou propose l’autre ».

On revient ici sur les essentiels – mais trop souvent oubliés – des relations entre les personnes : la vision personnelle des choses, le cadre de référence, cet instinct de préjugés que nous avons tous. Loin d’être un recueil de principes théoriques, ce livre nous dévoile une fois de plus comment la bienveillance, ou plutôt le manque ou l’excès de bienveillance – se ressent au quotidien. En entreprise, dans une conversation entre amis, à la caisse du supermarché…

On y voit l’importance du questionnement dans les relations humaines. Non pas le questionnement accusateur ou manipulateur, mais celui qui va nous permettre de comprendre ce que fait l’autre, et pourquoi il le fait. Celui qui va nous permettre de voir le monde à travers son cadre de référence.

"L'exigence et la bienveillance ne sont pas des objectifs, ce ne sont que des serviteurs pour les atteindre"

« L’exigence et la bienveillance ne sont pas des objectifs, ce ne sont que des serviteurs pour les atteindre »

Le livre se termine très naturellement sur le fameux cocktail gagnant, ou comment combiner ces deux comportements essentiels et les amener à un point d’équilibre. Cet équilibre, c’est la clé. « L’équilibre sera en effet primordial pour trouver le bon dosage entre les deux. Ni trop, ni trop peu. »

Alors, qu’est-ce que ce livre va apporter de différent, de plus que tout ce qui existe déjà ? A vous de le découvrir. Il n’y a que vous qui le saurez. Parce que chacun y trouvera autre chose, une utilité propre. En fonction de son cadre de référence, de sa propre réalité.

De tout cela, retenez bien une chose : « L’exigence et la bienveillance ne sont pas des objectifs, ce ne sont que des serviteurs pour les atteindre ».

Yellow Bridge devient un centre certifié Exillance à partir d’octobre 2016. www.exillance.org

Nous contacter