Yellow Bridge Consulting

02
Jan

0

En janvier, rendons possible l’optimisme


En 2017, rendons possible ce qui ne semble pas l’être. Janvier est le mois de l’optimisme chez Yellow Bridge!

Qu’est-ce que l’optimisme?

Etre optimiste, c’est avoir une vision apriori positive du futur.
C’est croire en ses capacités, ses propres ressources et celles des autres pour faire face aux difficultés. C’est la capacité à voir avant tout les forces plutôt que les faiblesses, les réussites plutôt que les échecs, les progrès plutôt que les régressions et ce que l’on va gagner plutôt que ce que l’on va perdre.
L’optimiste ne se décourage pas facilement car il est convaincu qu’au final le bilan sera positif. Pour autant, il reste lucide et sait apprécier objectivement les moyens nécessaires à la réalisation de ses projets.

En janvier, soyons optimistes

Beaucoup d’entre nous sentent probablement un fort besoin d’optimisme en ce début d’année. Pour certains, janvier est synonyme de renouveau, de départ, de nouvelles possibilités à tous les niveaux. On se projette dans les mois à venir, dans de nouveaux projets, on met en place notre tout nouveau calendrier avec l’envie de remplir les lignes.

Aborder cette nouvelle année avec optimisme !

Aborder cette nouvelle année avec optimisme !

Pour d’autres en revanche, ce mois sombre et froid représente non seulement le cœur de l’hiver mais aussi un tunnel obligatoire pour passer des fêtes de fin d’année jusqu’au printemps. J’ai déjà entendu certaines personnes dire « qu’est ce que je vais bien pouvoir faire de cette nouvelle année… » Ceux-là auront hâte de voir arriver le printemps pour sortir de leur torpeur. Pour les managers, quelque soit leur état d’esprit, l’année recommence : les affaires reprennent, les objectifs fixés doivent être atteints, ce n’est pas le moment de baisser les bras. Alors pourquoi ne pas décider d’aborder cette nouvelle année avec optimisme ?

Pourquoi est-ce important pour un manager d’être optimiste ?

On pourrait penser que l’optimisme est un comportement certes intéressant, mais pas absolument nécessaire pour un manager. Parfois même, qu’au contraire, le manager doit être lucide, mais pas forcément optimiste.
Alors laissez-moi vous poser une question. Imaginez, vous venez d’apprendre de la part de votre hiérarchie que votre travail de l’année dernière a été particulièrement satisfaisant, on vous propose une évolution de poste ainsi qu’une augmentation de salaire. Vous ne vous y attendiez pas et êtes très heureux de cette nouvelle. Quelle est la toute première chose que vous faites lorsque vous retournez dans votre bureau ?
Oui, on fait tous la même chose : on appelle un proche, on envoie un sms, un email… en somme, on partage cette bonne nouvelle. On ressent un vrai besoin de dire qu’on est heureux. Le soir en rentrant chez vous, il y a fort à parier que vous ayez un grand sourire et que cela se ressente sur votre entourage. La joie irradie autour de nous, elle grandit quand on la partage.

Revenons dans le contexte du manager. S’il est optimiste, il arrivera plus facilement à poursuivre et atteindre ses objectifs, même s’il rencontre des difficultés. S’il est optimiste, il réussira plus facilement à encourager ses collaborateurs, à prendre appui sur leurs réussites pour les féliciter. S’il est optimiste, il portera de l’enthousiasme dans son équipe, il créera un climat et une ambiance agréables, un service où il fera bon travailler. Ceci entraînera forcément une plus grande adhésion des membres de l’équipe, des propositions, une implication…
Un manager optimiste, pourquoi est-ce si important?

Un manager optimiste, pourquoi est-ce si important?

Alors bien sûr, l’optimisme n’est pas tout, il manque 9 autres comportements pour un management équilibré dont nous vous parlerons au fil de nos Actus. Mais voyons ce qui peut se passer si celui-là manque ou est insuffisant

Quels sont les risques pour un manager qui manque d’optimisme?

Le manque d’optimisme du manager est un frein à l’innovation et à la remise en cause de l’existant car la crainte de perdre prédomine. Il évitera ainsi de mettre en place de nouvelles choses, de modifier les habitudes. La première conséquence directe au sein de l’équipe sera l’installation d’une forme de routine, de climat parfois maussade.

Si l’on parle des objectifs, ceux qu’un manager non-optimiste fixera seront moins ambitieux et ne permettront pas toujours de progresser efficacement. Ainsi, si certains collaborateurs sont peu enclins à l’effort, ils en profiteront pour chercher à négocier à la baisse leurs objectifs individuels. A l’inverse, pour les collaborateurs volontaires et motivés, la situation ne sera pas satisfaisante : ils pourront se sentir brimés, freinés dans leur élan, dans leur envie d’aller de l’avant, de progresser.

Le manque d’optimisme du manager aura donc des conséquences directes sur l’équipe, aussi bien en termes de résultats à atteindre que d’ambiance au travail, de climat.

EXERCICE
Prenez quelques minutes pour penser à 2 personnes de votre entourage professionnel, l’un que vous qualifiez d’optimiste ; l’autre, de pessimiste. Pensez au ressenti que cela génère chez vous, aux incidences que ces comportements ont sur l’équipe, les collègues, la hiérarchie. Quelles conclusions pouvez-vous en tirer?

Comment travailler votre optimisme ?

L’optimisme, comme tous les comportements clés que nous allons vous présenter au fil de nos Actus, n’est pas simple à travailler. En effet nous avons une manière de fonctionner qui nous est propre et qui est profondément ancrée en nous. Pour changer, il va falloir nous mettre dans l’effort, remettre en questions nos habitudes, travailler par pallier et tenter des choses progressivement. Nous vous livrons quelques pistes pour démarrer…

Tout d’abord, il s’agira d’ancrer en vous des réflexes positifs
Face à vos collaborateurs, mettez vous de plus en plus en position d’identifier leurs points forts et leurs progrès plutôt que leurs défauts. Certains réussissent merveilleusement bien et rendent cette tâche très simple tandis que d’autres ont tendance à vous désespérer. A chaque fois que vous saisissez l’une de vos pensées négatives envers vos collaborateurs, acceptez-là, puis tentez de découvrir quels sont les points forts de cette personne, quelles sont ses réussites.

Par exemple, si l’un de vos collaborateurs a souvent du mal à réaliser ce que vous lui avez demandé malgré sa bonne foi apparente, que ce soit en terme de résultat ou de délais, petit à petit vous allez sentir monter en vous une frustration, une impatience, puis vous montrer agacé voire agressif ; ou alors, vous allez finalement faire (ou refaire) le travail vous-même en vous disant qu’il n’en est pas capable.

Rechercher l'opportunité dans la contrainte

Rechercher l’opportunité dans la contrainte

D’un point de vue managérial, une telle situation exigerait d’être traitée notamment par une rencontre individuelle, une revue des objectifs en cours, une phase de compréhension voire éventuellement la mise en place d’un tutorat. Mais toute démarche constructive doit impérativement démarrer par ces 2 étapes :

1 – ETRE POSITIF, c’est-à-dire chercher à voir ce qui est bien au départ et l’extraire de la situation avant le négatif

2 – SANS PREJUGE c’est-à-dire en cherchant à freiner notre raisonnement naturel empreint de stéréotypes et de jugements hâtifs

S’habituer à voir d’abord le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide est un exercice somme toute compliqué : il s’agit de rechercher systématiquement l’opportunité dans la contrainte ou la difficulté rencontrée. Il faut pour cela prendre le temps du recul, ne pas succomber à la facilité de la critique ou de la rumeur. Ainsi, face à chaque situation difficile que vous rencontrez, prenez quelques minutes pour en extraire le positif, aussi infime soit-il. A force de raisonner de cette manière, un jour vous le ferez automatiquement.

Ensuite, l’optimisme est également une question d’attitude et de vocabulaire !
Repensez à la personne de votre entourage que vous qualifiez d’optimiste. Comment se comporte-t-elle ? Comment s’exprime-t-elle ? Observez-la mentalement. Qu’est ce que cette attitude a comme conséquence sur vous ?

Etre souriant, posé, serein, jovial : tout cela aura une incidence sur les autres. Le pouvoir du sourire est incroyable.
Mais outre l’attitude, il s’agira aussi d’utiliser un vocabulaire approprié, qui va changer la perception que les autres ont de vous. Vous avez raté quelque chose, ou pas complètement réussi quelque chose que vous aviez entrepris ? Ne parlez pas de malchance mais parlez plutôt de ténacité, d’audace, d’opportunité que vous avez su saisir. Efforcez vous de tourner vos phrases de manière à ce que l’aspect positif en ressorte immédiatement.

Cette attitude positive va irradier sur votre entourage et faire grandir l’optimisme de votre équipe. Vous serez une véritable courroie d’entraînement pour vos collaborateurs voire pour vos autres collègues et votre hiérarchie. Etre optimiste, c’est porter avec soi une étincelle qui prend vie lorsqu’on entre en contact avec les autres. Et si vous ne savez pas par quoi commencer, inspirez-vous ! Vous avez probablement beaucoup d’optimistes autour de vous, il suffit d’y prêter attention.
Être optimiste, c'est porter avec soi une étincelle

Être optimiste, c’est porter avec soi une étincelle

L’interview du mois

Jérôme Ehret, 38 ans, se dit « résolument optimiste ». Kinésithérapeute depuis de nombreuses années, il est aujourd’hui président de 2 associations professionnelles de praticiens. Dans ses pratiques thérapeutiques et managériales, l’optimisme est une arme qu’il emploie au quotidien.

Qu’est-ce que pour vous, l’optimisme ?
L’optimisme, c’est ne pas avoir peur d’entreprendre et d’être résolument confiant en la vie et en ce qu’elle peut apporter. C’est aussi être capable de ne pas se résigner. C’est avoir conscience de certaines difficultés mais ne pas s’arrêter à ce constat pour aller au delà. En somme, c’est ne pas avoir peur d’essayer de vouloir changer les choses.

Pourriez-vous partager l’une de vos expériences au cours de laquelle vous avez du faire preuve d’optimisme ?

"Etre résolument confiant en la vie et en ce qu'elle peut apporter"

« Etre résolument confiant en la vie et en ce qu’elle peut apporter »

Dans mon milieu professionnel – libéraux du domaine de la santé – nous sommes fortement marqués par l’individualisme et le corporatisme ainsi que par des emplois du temps très chargés. Dans ce contexte, il peut paraître irréaliste de créer une association regroupant diverses corporations dans laquelle les professionnels vont pouvoir se retrouver et collaborer autour de projets de soin. C’est pourtant le pari que je me suis lancé en créant une association où l’intérêt général sera mis en avant, un collectif qui jette des ponts entre ces professions très diverses. Ce pari est un peu fou et les débuts nécessitent une forte ténacité : faible mobilisation des personnes intéressées et pas d’intérêt financier direct pour les motiver. Il s’agit presque d’une révolution de pensée qui est proposée pour faire sortir ces professionnels de l’individualisme et du corporatisme. Il faut une bonne dose d’optimisme et une vraie foi en sa capacité de déplacer des montagnes pour mener à bien un tel projet.

En tant que Président de 2 associations de praticiens, de quelle manière pouvez-vous observer les bénéfices de votre optimisme sur les membres ?
Dans l’une de ces associations, nous traversons une période de forts changements. C’est important de créer une nouvelle dynamique. Le capitaine doit être confiant dans l’avenir pour entraîner avec lui les autres membres de l’équipage.
Etre optimiste, lancer des projets, indiquer un cap… tout cela permet de convaincre les gens qu’on va pouvoir se renouveler. Il y a une sorte de synergie, une énergie positive qui se met en route.

Etes vous également amené à faire preuve d’optimisme dans votre travail quotidien ?
Oui c’est une évidence ! Je suis au contact de personnes en souffrance physique ou psychique, qui sont confrontées au handicap ou à des maladies évolutives. Il est pour moi nécessaire de leur transmettre une énergie positive, qu’ils gardent suffisamment confiance dans le traitement et dans l’avenir pour essayer d’avancer et trouver des solutions.

Auriez-vous un exemple concret ?
Je fais le suivi d’une personne atteinte de sclérose en plaque depuis 12 ans. Son handicap ne cesse d’évoluer au cours des années. Les raisons de découragement sont nombreuses et légitimes. Il s’agit d’un combat inégal et injuste. Une de mes difficultés en tant que thérapeute est de conserver sa motivation à poursuivre le traitement. Plutôt que de m’apitoyer sur ce qui « ne va pas », je préfère mettre en relief ce qui « va » et ce qu’il est possible de mettre en œuvre. Mon optimisme lui donne la motivation de continuer et l’aide dans son quotidien. Si je l’étais moins, il y a fort à parier qu’il aurait stoppé le traitement. Ma certitude est que cela lui permet de préserver sa dignité face à la maladie. Cela est important aussi bien pour lui que pour ses proches. C’est pour cela que je continuerai à l’aider de mon mieux aussi longtemps que possible.

Quel conseil donneriez-vous à des personnes qui souhaiteraient augmenter leur optimisme ?
Il faut déjà avoir l’envie de relativiser les situations, de prendre du recul. Savoir apprécier ce que l’on a et pour autant, souhaiter que les choses évoluent positivement.

Par qui / quoi êtes vous inspiré ?
Je dirais, tous les gens qui ont un jour réussi à démontrer qu’ils possédaient une part de vérité alors qu’ils étaient à contre-courant d’une pensée dominante.
J’affectionne particulièrement cette phrase de Saint-Exupéry « Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose. Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le coeur de tes hommes et femmes le désir de la mer. »

…et la suite?

Si vous souhaitez aller plus loin, en savoir plus, creuser comment vous pourriez véritablement changer dans votre contexte précis, avec quels moyens et de quelle manière, contactez-nous ! Ensemble nous pourrons définir ce que signifie, pour vous, « l’impossible » et vous conseiller un accompagnement personnalisé pour pouvoir tout simplement et véritablement le #rendrepossible en 2017.

En 2017, rendons possible ce qui ne semble pas l’être ! Rendez-vous en février pour parler d’exigence. #rendrepossible

Nous contacter